Breathless

du 13 janvier 2007 au 10 février 2007

Exposition

Marisa Portolese a entamé un projet d’exploration de la condition humaine il y a maintenant quatre ans. Ce projet d’envergure a débuté en 2002 avec la série Belle de jour composée de portraits érotiques de femmes, oscillant entre intériorité féminine et voyeurisme. L’année suivante, elle continuait son cheminement avec des portraits masculins placés dans la nature, faisant écho à la tradition picturale romantique allemande. Puis, avec The Recognitions, elle mettait en scène des personages typés, dans un lieu qui créaient des situations énigmatiques et des paysages émotionnels.

Avec Breathless , Marisa Portolese tente de révéler la fragilité du moi intérieur des personnages photographiés. Pour y arriver, l’artiste crée des images qui figent des poses porteuses d’une charge émotive troublante et qui affichent la fragilité du psychisme humain.

Portolese s’intéresse particulièrement aux images qui se complaisent dans la vulnérabilité et qui sont imprégnées d’une grande sensualité, de présence physique et d’émotivité. Les photographies de grands formats de cette nouvelle série représentent des portraits, des natures mortes et des paysages qui provoquent chez le spectateur un éventail d’expériences corporelles et intellectuelles. Le regardeur est confronté à ces images fortement chargées d’émotion par leurs formats plus grand que nature.

Cette artiste a déjà su se faire remarquer dans plusieurs expositions à travers le pays mais également en Europe et aux États-unis. Elle fera prochainement partie de l’exposition One, Two, A Hundred, A Thousand Canada. A Polyedric Culture, une rétrospective sur l’art canadien du XXe siècle organisée par la conservatrice Diana Nemiroff qui aura lieu à Milan (Italie) au printemps 2007.

L’artiste tient à remercier le Conseil des Arts et Lettres du Canada pour son généreux soutien ainsi que l’Université Concordia pour la bourse de recherche CASA, SEED.