Prévisualisations

du 16 mai 2015 au 11 juillet 2015

Exposition

La Galerie Trois Points est heureuse de présenter Prévisualisations, une exposition collective réunissant le travail de Jason Arsenault, John Boyle-Singfield, Alex Mcleod et Oli Sorenson du 16 mai au 27 juin 2015 et dont le vernissage de l’exposition se tiendra le samedi 23 mai à compter de 15h. Les œuvres exposées révèlent certaines vérités sur l'impact de la virtualisation de notre monde et de notre perception de la réalité par l'appropriation et le détournement de logiciels, applications, films, fichiers et technologies numériques.

Les technologies de l'information – plus particulièrement celles de l'image – sont maintenant nombreuses, avancées et simples d'utilisation pour les artistes qui en détournent les fonctions premières. Ces programmations, originalement liées aux domaines du design, des communications et du divertissement, permettent aux utilisateurs de prévoir, revoir ou générer un résultat jusqu'à ce que celui-ci soit optimal. Les artistes de cette exposition emploient ces technologies afin d’en détourner les usages et de faire ressortir leurs forces et leurs faiblesses, dévoilant ainsi l’omniprésence de la publicité et les limites de la propriété intellectuelle.

Alex McLeod utilise des logiciels d'animation 3D pour en faire des œuvres d'art aux allures de maquettes virtuelles. Ces rendus hyperréalistes, qui sont notamment peuplés de modélisations trouvées sur le web, confondent et séduisent le spectateur par leur équilibre entre complexité des structures et simplicité des compositions. Les œuvres présentées montrent des lieux post-apocalyptiques ou des villes et chaînes s'entremêlent.

La notion de rencontre est au centre de la pratique de Jason Arsenault. Il présente ici des installations cinétiques et lumineuses avec lesquelles il joue sur les mécanismes de perception du spectateur. Ses dispositifs (constitués de panneaux publicitaires, miroirs, détecteurs de mouvements) fait du spectateur un élément central et participatif aux œuvres. Interpellant directement notre corps, il nous propose des espaces infinis et inatteignables qui à la fois stimulent et neutralisent nos sens.

Dans sa série Instagram 3.4.2, John Boyle-Singfield a isolé sur fond blanc les différents filtres de l'application populaire Instagram. Ces filtres sont en réalité des algorithmes destinés à transformer une image quelconque en une photographie qui rappelle les processus analogues comme lePolaroïd ou le Super 8. Les ready-mades qui en résultent révèlent une certaine nostalgie dans un désir d’instantanéité, un phénomène parfaitement adapté à notre nouvelle vitesse de production et de circulation d' images également reconduit par l’obsolescence préprogrammée des technologies que nous utilisons  quotidiennement.

Oli Sorenson présente deux pièces de No More Heroes, une série de remix cinématographiques où il utilise des blockbusters hollywoodiens ainsi que des films cultes comme matière première pour créer. Les rééditions de The Matrix (1999) et de Blade Runner (1982) lui permettent de soustraire des versions originales chacune des images où le personnage principal est vu ou entendu. Le tout génère une narrativité chahutée qui laisse transparaître les stéréotypesoccidentaux de la figure du héros et les mécanismes de production et de réalisation de ces incontournables du Box Office.

Les artistes tiennent à remercier chaleureusement Perte de Signal, Skol et David Jacques pour leur précieuse collaboration. 

DSC9877Photo Guy LHeureux DSC9888Photo Guy LHeureux DSC9890Photo Guy LHeureux DSC9900Photo Guy LHeureux DSC9901Photo Guy LHeureux DSC9919Photo Guy LHeureux DSC9933Photo Guy LHeureux
2015La Presse | Mario Cloutier
 Appropriation et subversion | 12 juin
 
2015Cult Mtl | Lisa Sproull
 Art this week | 22 mai