Dessins, estampes et multiples

20 octobre - 10 novembre 2001

De retour de Bâle où il résidait au Studio du Conseil des Arts et des Lettres du Québec, Sylvain Bouthillette est de passage à la Galerie Trois Points pour nous présenter sa plus récente production.

«Voilà maintenant plusieurs années, je me trouvais assis devant la télévision à regarder un documentaire sur Mondrian. On pouvait y entendre Calder suggérer à l’artiste d’installer des moteurs derrière ses toiles afin de les faire bouger. Mondrian lui répondit qu’elles en avaient nullement besoin puisqu’elles étaient déjà très rapides. Cette anecdote fut une révélation pour moi : la surface, et par conséquent l’espace, a une vitesse. Parallèlement à mon travail sur la méditation, cela me conduisit à développer un concept sur l’accélération et la décélération. Il s’agit de la possibilité de contrôler la vitesse d’une surface et d’un espace, doublée de la nécessité de décélérer l’esprit, qui est en tension constante avec l’environnement. En effet, la vitesse finit par tuer le regard tout comme l’esprit.

Or on peut modeler la conscience par le biais de l’art. Celui-ci devrait servir à rendre l’individu meilleur. Forme d’altruisme, il prend ici sa source non pas dans l’esthétisme mais dans le pouvoir du rituel. Quant à l’œuvre même, transformée en catalyseur spirituel, elle ouvre des questionnements sur l’éthique, la morale, le langage et son rôle social, ainsi que la relation entre le singulier et l’universel.»

L’artiste tient à remercier Mario Beaupré pour l’encadrement des œuvres.

Communiqué de presse


Presse de l'exposition

  • Marie-Eve Charron, Dharma Bum, Le Devoir , 2001. 11. 03.. PDF