Exposition solo

Michael Jolliffe

26 avril - 31 mai 1997

L’artiste québécois Michael Jolliffe exposera à la Galerie Trois Points, du 26 avril au 31 mai, les éléments les plus représentatifs de sa récente démarche, inspirée de sa recherche au Moyen-Orient.

Jolliffe dresse un lien entre ses œuvres et l’archéologie qu’il a explorée au Moyen- Orient dans le but de trouver une réponse à l’origine de l’Homme et à celle de ses symboles religieux. Sa production en témoigne, puisqu’elle nous met en présence d’objets façonnés – ou artefacts évocateurs de temps anciens. Jolliffe les juxtapose à sa manière, créant des jumelages révélateurs de ses tâtonnements dont la justesse lui importe peu. On reconnaît, notamment, des vestiges de croix et d’autres symboles, ou encore des évocations d’icônes qui rappellent notre culture chrétienne sans les identifier de façon précise.

À ces artefacts Jolliffe oppose des «géofacts» (éléments formés par la Nature qui semblent avoir été façonnés par l’Homme), si bien que l’origine de toute chose se confond. Ce faisant, Jolliffe synthétise le passé et le ramène au présent.

Depuis cinq ans Jolliffe travaille avec la cire et le pigment pur. Ses oeuvres sont des formes qui font corps avec le mur qui leur servant d’unique support. Cependant, leur projection dans l’espace fait en sorte qu’elles s’apparentent à la sculpture.

L’accès à l’œuvre ne fait nullement appel à la confrontation. Les éléments décoratifs sont nuls : seule la peinture, dans son état pur agit et se joue de la relique ou de l’artefact retenus. La présence de l’œuvre reste donc fragile, mais elle suffit à l’imposer.

Communiqué de presse