Fairies and Cowboys

21 mars - 18 avril 1998

Tout juste arrivé d’Angleterre où son oeuvre fut l’objet d’une exposition rétrospective au National Museum of Photography, Film & Television; Evergon prend un temps d’arrêt à la Galerie Trois Points où seront présentés ses plus récents travaux.

D’Evergon, on se souviendra d’abord des polaroïds couleur de grands formats qui ont mené aux images noir et blanc de la série des Ramboys. Images au grand pouvoir de séduction dans lesquelles la sensualité, tant au niveau iconographique que dans la facture formelle de ces deux précédentes séries, alimente une mythologie aux saveurs historicistes; les oeuvres issues de ces périodes n’étaient pas sans flirter avec l’esthétique ambiguë sur le plan sémantique d’un Carravage. Les travaux récents entretiennent toujours un rapport avec la mythologie (de façon allégorique notamment -Fairies and Cowboys est le titre de l’exposition qu’il présente), et alimentent ce que l’oeuvre d’Evergon a pu posséder du Romantisme et d’une « évanescente » séduction. On va y retrouver cet esprit de façon plus prégnante dans les hologrammes qui composeront, d’une part, l’ensemble. D’autres images vont cependant sembler délaisser, d’une moins en partie, cet esprit au profit d’une exacerbation de « choses crues » : lieux obscurs où se rencontrent prostitués et amants de lubricités, cowboys qui n’ont l’héroïsme du personnage que le chapeau sont d’indices qu’exalte le travail du photographe.

Il ne faut point craindre le verbe, disons-le, puisque l’exaltation est bien le lot de ces oeuvres si l’on songe aux motifs qu’Evergon convoque qui, sous l’oeil de certains, auraient été l’objet d’un commentaire critique et social dont ne semble pas s’approprier cette série. En ce sens, l’actuel travail de l’artiste agit-il en amont de « l’air ambiant » qui semble vouloir privilégier l’approche ainsi que l’intervention plus critique.

Fairies and Cowboys, par Evergon. ou: pour l’exaltation d’une mythologie héroïque.

Communiqué de presse