La théorie des cordes, la suite

Michèle Assal

29 avril - 27 mai 2006

Du 29 avril au 27 mai prochain, Michèle Assal est de retour à la Galerie Trois Points pour nous présenter la suite de sa production qui s’inspire de la théorie des cordes.

L’idée que cette théorie met de l’avant est que les composantes fondamentales de la nature sont des cordes d’énergie minuscules dont les différents modes de vibration sont à la base de tout ce qui se produit dans l’univers. Elle permet de combiner les lois de l’infiniment grand et de l’infiniment petit en une théorie harmonieuse. Cette théorie nous fait découvrir six dimensions supplémentaires à celles de l’espace et du temps que nous connaissons.

C’est la représentation d’une corde qui sert de leitmotiv dans l’œuvre de Michèle Assal. Partant de cette idée, l’artiste a conçu l’oeuvre d’art comme une suite infinie d’espaces et de textures qui évoluent dans un temps mobile. Pareil travail en modules permet de voir comment l’espace manipule l’image, car celle-ci se trouve déformée, au plaisir de l’artiste ravie de se laisser surprendre par les différentes possibilités de son travail.

Ces mondes parallèles qui cohabitent simultanément dans différentes temporalités confèrent à l’artiste un don d’ubiquité. Toujours en mouvance, l’œuvre a une vie propre. Il est possible pour le spectateur de suivre son cours même à l’extérieur de la galerie.

Communiqué de presse