Liberace’s Closet

Shari Hatt

23 juillet - 3 août 2003

Du 23 juillet au 3 août prochain, à l’occasion du festival Divers/Cité, la galerie Trois Points présentera le travail de Shari Hatt.

Au total, douze photographies couleur illustrant un détail des costumes portés par Liberace lors de ses spectacles à Las Vegas. Ces oeuvres dépeignent la superficialité du showbiz et parlent de notre désillusionnement face au culte de la célébrité. Pour le spectateur, elles rendent aussi compte de l’importante influence de Liberace sur des artistes tels que Céline Dion et Cher. Sans compter qu’elles témoignent d’une époque où la culture populaire n’avait pas encore un regard critique sur l’homosexualité.

Entre les années 50 et 70, Wladziu Valentino Liberace représentait le compagnon idéal aux yeux des femmes. Une icône féminine certes des plus particulières : publiquement, le pianiste niait son orientation sexuelle bien que celle-ci était connue de tous. Uniques, ses excentricités et ses excès étaient perçus favorablement par ses fans et la société. Liberace ne cherchait pas à plaire à une minorité d’individus, ambition qui reflète bien sa génération et son époque, alors que l’homosexualité était rangée dans le placard.

Originaire d’Halifax, Shari Hatt a étudié à l’Université du Nevada (Las Vegas) et The Banff Centre for the Arts (Alberta). Depuis 1993, elle expose régulièrement au Canada et aux États-Unis. Hatt a reçu plusieurs bourses et prix (Duke and Duchess of York Photography Prize, 2001; Celanese Canada Internationalist Fellowship, 1998; etc.). La série Liberace’s Closet a été exposée en septembre 2002 à Plug In Institute for Contemporary Art (Winnipeg). Cette exposition présentera aussi la série 52 men in my bedroom (1993), qui, selon Hatt, aurait plu à Liberace.

Communiqué de presse