Studio d’enregistrement 2: Les mauvaises pensées

5 mars - 2 avril 2005

Depuis plus d’une quinzaine d’années, les oeuvres de Mario Côté ont comme point de départ la relation qu’entretient la peinture avec l’image en mouvement. Dans la présente exposition, l’artiste aborde les liens qui peuvent se tisser entre la peinture et l’espace sonore. Son travail vidéographique a toujours porté une grande attention à l’aspect sonore. Ainsi, depuis 1996, il conçoit désormais ses propres montages audio : Variations Vertov (1996) L’homme de la campagne (2002) et Un Jour une nuit (2004). C’est dans cette continuité de recherche qu’il présente ses derniers tableaux. Studio d’enregistrement 2 suit logiquement l’exposition Tableau tenue au Musée d’art de Joliette ainsi que Studio d’enregistrement 1 à la Galerie Trois Points en 2002.

Son travail consiste à transcrire le son, parfois d’une durée de quelques secondes, dans une proposition picturale. Le résultat donne des oeuvres de grand format qui sont divisées en trois couches horizontales fragmentées par des blocs de couleurs vives ou sombres à l’intérieur desquels apparaissent des traductions graphiques de bruits ou de sons électroniques. Pourtant, ces différentes graphies sonores ne sont pas des transpositions littérales de sons enregistrés mais des traductions libres formant un code visible.

Les tranches temporelles ont été soutirées du montage audio de la dernière vidéo co-réalisée avec Christine Marneffe, Les Mauvaises pensées. Cette vidéo sera d’ailleurs présentée en primeur, le mardi 15 mars à 21h30 au Musée d’art contemporain et le samedi 19 mars à 14h à la Cinémathèque québécoise lors du 23e Festival international des films sur l’art (FIFA) dans un programme conçu par Nicole Gingras, Dislocation — La relativité des points de vue.

Communiqué de presse