Working Taste

19 novembre - 22 décembre 2005

La peinture de Michel Daigneault est résolument abstraite. Elle ancre ses fondements sur des problématiques propres à la pratique même de l’abstraction en peinture aujourd’hui. Il revisite le code des couleurs, des formes et des titres de cette peinture pour émanciper la pratique et l’ouvrir sur d’autres réalités sociales, aussi codées, telles que le monde des médias, de l’objet industriel et des cosmétiques.

Dans ses tableaux, Michel Daigneault a recours à des stratégies et des procédés visuels complexes, dégradés, rimes plastiques, répétitions de formes identiques sans modelés fonctionnant comme des motifs sur la surface du tableau. Ces formes qui flottent sur le fond se jouent de notre regard et passent derrière le fond, les plans bougent et s’étagent en une architecture où la profondeur est illusion. Ces strates picturales déstabilisent la perception du spectateur en lui rappelant parfois des vues éloignées de paysages, lesquelles interfèrent avec des plans rapprochés de formations rocheuses, parfois des vues aériennes topographiques. Ces différents espaces réunis dans un même tableau suggèrent au regardeur attentif qu’il occupe à la fois tous ces différents endroits au même moment.  C’est la structure même du récit qui se trouve pointée.

Le peintre aime brouiller les pistes et forcer le spectateur à regarder les choses autrement. Bien que son langage visuel renvoie au paysage, les tableaux utilisent une palette de couleurs opposée à celle de la nature. Daigneault choisit des tonalités appartenant au monde des apparences et des artifices, telles les pastels des cosmétiques ou les couleurs vives et séduisantes des emballages design des produits de consommation.

Pour finir, les titres dirigent la lecture des œuvres. Si, par leurs titres, les anciens tableaux prenaient position par rapport à l’histoire de la peinture abstraite, avec par exemple I was once abstract, aujourd’hui avec des titres comme Séduire ou Obnubiler, Daigneault parle plutôt de l’expérience même que suscite le tableau chez le spectateur ou de sa réception.

Communiqué de presse